Projet PHC Maghreb (2013-2016)

Diagnostic des processus de recharge naturelle et artificielle des aquifères superficielles en vue d’une gestion optimisée des ressources en eau au Maghreb

Projet scientifique à finalité pédagogique et appliquée
Durée : 3 ans renouvelable 1 an (2013-2017)
Domaine : Eau

Contexte

Les analyses menées par le Plan Bleu pour l’environnement et le développement de la  Méditerranée, sous l’égide du Programme des Nations unies pour l’environnement, indiquent que les régions méditerranéennes, et notamment le Maghreb, seront confrontées à l’horizon 2050 à une forte diminution et à une importante pollution de la ressource en eau (déjà observable depuis les années 90), liées à la fois au changement climatique (hot spot du changement climatique selon le 4ème rapport du GIEC) et à la pression anthropique (agriculture, industrialisation, urbanisation, tourisme…).
L’étude de l’évolution des ressources en eau superficielle et souterraine constitue donc un enjeu majeur pour les populations, la biodiversité et l’évolution des écosystèmes continentaux et aquatiques de ces régions.
Les eaux souterraines, principale ressource en eau potable, sont particulièrement touchées au Maghreb, avec une forte diminution piézométrique, qui peut atteindre dans certaines régions jusqu’à une baisse de 50 cm à 1 m par an, et une dégradation de la qualité des eaux par infiltration des rejets anthropiques depuis les eaux de surface et par salinisation des eaux liée à une intrusion marine dans les aquifères côtiers, comme dans les exemples des nappes du Haouz et du Sais au Maroc (région de Marrakech et de Fès) et du Cap Bon en Tunisie. Il s’avère donc nécessaire de trouver des solutions alternatives pour préserver les nappes d’eau souterraines. Parmi ces solutions figure la recharge artificielle des nappes qui doit contribuer à une remontée des niveaux piézométriques et à une amélioration de la qualité par dilution des eaux. Plusieurs procédés existent, tels que la recharge par des eaux de lacs de barrages, des bassins d’alimentation, des puits…
Le projet s’inscrit dans cette  thématique:  il  consiste à étudier l’efficacité de différents procédés de recharge artificielle (lacs de barrage, bassin d’alimentation) et naturelle (alimentation par les oueds, par les précipitations) sur 6 sites pilotes de recharges situés sur 6 bassins versants des 3 pays du Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie) touchés par la diminution et la dégradation de la ressource en eau.

Téléchargement