Le réseau

 

Les travaux de l’IPCC/GIEC permettent d’avoir une vision relativement synthétique des modifications  climatiques et de leurs effets. Ces changements peuvent être perçus de manière diverse selon les outils scientifiques utilisés et les régions du monde étudiées. Dans l’ensemble, la communauté scientifique est d’accord sur le principe même de l’existence de ce changement (observable dans l’élévation de température, mais également dans l’évolution des précipitations). Elle admet aussi que des conséquences potentiellement importantes risquent d’engendrer des perturbations majeures dans le fonctionnement des hydrosystèmes.

Les analyses menées par le Plan Bleu pour l’environnement et le développement de la Méditerranée, sous l’égide du Programme des Nations unies pour l’environnement, indiquent que les régions méditerranéennes, et notamment le Maghreb, seront confrontées à l’horizon 2050 à une forte diminution et à une importante pollution de la ressource en eau liée à la fois au changement climatique (hot spot du changement climatique selon le 4e rapport du GIEC) et à la pression anthropique (agriculture, industrialisation, urbanisation…). Cette situation pourrait ainsi entrainer une pénurie d’eau pour environ 290 millions de personnes situées principalement au Sud et à l’Est sur le pourtour méditerranéen.
La détermination de l’impact du changement climatique sur les ressources en eau constitue donc un enjeu majeur pour le XXIe siècle auquel les scientifiques doivent répondre, afin de permettre la mise en place d’outils de gestion adaptés à la nouvelle situation.

Sur la base de ces constats les équipes universitaires, de Rouen, Lyon II, Béjaia et Constantine (Algérie), Marrakech et Fès (Maroc), Tunis et Sfax (Tunisie) ont exprimé le souhait de créer un réseau de recherche dont le thème principal est l’eau et le climat dans la zone géographique du Maghreb. Ces équipes pluridisciplinaires se sont engagées à fédérer leurs forces afin de mettre en commun et de confronter les actions de recherche entreprises dans cette grande zone de la rive sud du bassin méditerranéen. Cette collaboration vise à créer une dynamique de recherche transfrontalière et comparative qui permettra de proposer des outils scientifiques pour une gestion optimisée des ressources en eau et pour un développement durable des sociétés.

Ce réseau s’appuie sur des programmes de recherche :

  • Tassili
  • Volubilis
  • PHC Maghreb
  • AUF BEOM
  • Coopération décentralisée Région Haute Normandie